Avertir le modérateur

mardi, 15 décembre 2009

INTERVIEW : Débat sur l'Identité nationale

 

identitenatb.png

La parole à Gaston Debard (Cimade Lille)


« La Nation doit se fonder sur des solidarités humaines »

Pour le Président de la Cimade (Comité Inter Mouvements Auprès Des Évacués) de Lille, le débat sur l’Identité nationale ne s’attaque pas aux questions du terrain et reste de l’ordre du débat d’idées.

Stérile ?



images.jpgComment accueillez vous l’irruption d’un grand débat sur l’Identité nationale à un moment où vous dénoncez la politique d’immigration du gouvernement et de son ministre, Eric Besson ?

Gaston Debard : Au-delà d’une opération de communication évidente de la part du gouvernement, le problème de l’Identité nationale est tellement évident que l’on ne se le pose pas. La nouvelle génération ne comprend pas de quoi on leur parle tout à coup. D’ailleurs je n’aime pas trop le terme « d’identité ». Il exprime l’idée de se définir par rapport à quelqu’un et donc contre quelqu’un.

Contre qui ?

GD : Contre tout ce qui vient de l’extérieur. Nous travaillons notamment sur les conditions d’accueil des immigrés et plus particulièrement dans la région Nord Pas-de-Calais. À ce titre, le démantèlement de la « jungle » de Calais en octobre et l’expulsion de trois Afghans sont particulièrement symptomatiques…

Selon vous que devraient alors être les valeurs fédératrices dans ce débat ?

GD : (après un long silence) Des trois termes qui composent la devise de la France, je retiendrais surtout celui de « Fraternité » même si je lui préfère la « Solidarité ». La Nation doit se fonder sur des solidarités humaines et non pas nationales. Mais cette solidarité fait aujourd’hui défaut aux Français et à la France. Très souvent, les nouveaux arrivants s’attendent à trouver chez nous - le pays des Droits de l’homme - des valeurs de solidarité. Mais ils constatent à leur grand étonnement que cette valeur n’est pas partagée pas beaucoup d’entre nous. L’effort de réflexion national devrait à mon avis se concentrer sur cette problématique.

Et pourquoi ne pas inclure la Marseillaise, la burqa et l’immigration dans les thèmes de réflexion ?

GD : (en souriant) Vous savez mes deux fils ont appris la Marseillaise alors qu’ils étaient scolarisés au Cameroun ! Alors pourquoi brandir encore une fois les étendards nationaux alors que notre identité est aujourd’hui censée être européenne ? La burqa et l’immigration sont des sujets bien trop complexes pour se permettre de les aborder de manière aussi confuse et superficielle. De plus, leur introduction dans le débat proposé par M.Besson revient encore une fois à stigmatiser des groupes bien distincts de notre société. Or, nous ne sommes pas capable aujourd’hui de comprendre que l’immigration n’est pas la cause de l’ébranlement de l’identité nationale, mais que le clivage est en réalité d’ordre social.

La Cimade va-t-elle alors porter ses idées dans le débat ouvert par Eric Besson ?

GD : Pour l'instant je ne sais même pas pour l’instant si nous y serons invités. Le rôle de la Cimade est avant tout d’agir avec ses compétences de terrain et non sur le terrain du débat d’idées. Néanmoins, si nous sommes invités à contribuer à ce débat nous ne pourrons refuser. Je pense en effet que c'est à la société civile et ses intellectuels qu'incombe de reprendre en mains ce débat, si toutefois il y a débat.

Propos recueillis pas Gaylord Van Wymeersch

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu